Avis - Assassin's Creed : Sujet 4 de Black River | Xbox Gamer - Actualité Xbox

Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Avis - Assassin's Creed : Sujet 4 de Black River

- Publiée le 18.03.2024, à 15:58
- Par Vincent P.
Avis - Assassin's Creed : Sujet 4 de Black River

Les fans de la licence vidéoludique connaissent bien Desmond Miles, le personnage du présent qui a permis d'accéder aux souvenirs de plusieurs de ses ancêtres afin de vivre des aventures prenant place dans des univers différents mais ayant toujours un même thème en commun : la lutte entre Assassins et Templiers. Mais des personnages, inscrits dans le présent, il y en a d'autres, dont le jeune Daniel Cross, un homme un peu perdu manipulé qui se retrouve au cœur du conflit, manipulé par les uns et les autres. Ce quatrième sujet de l'étude d'Abstergo a justement eu le droit à une histoire centrée sur lui fin 2010 avec la sortie d'un comic baptisé Assassin's Creed : The Fall. Quelques mois plus tard, DC propose la suite, The Chain. En France, il a fallu attendre 2012 pour pouvoir se procurer Assassin's Creed : Sujet 4 qui regroupe justement The Fall et The Chain aux éditions des Deux Royaumes, la maison d'édition d'Ubisoft. Le 14 décembre dernier, c'est Black River Comics qui a tenu à offrir à tous les fans une réédition permettant de (re)découvrir l'histoire de Daniel Cross mais également celle de son ancêtre Nikolaï Orelov. Alors simple objet commercial ou véritable porte d'entrée pour les non initiés ? La réponse avec cet avis basé sur un exemplaire fourni par l'éditeur.

Les prémices d'AC Russia

Comme vous avez pu le lire en introduction, AC Sujet 4 lie deux histoires entremêlées, celle de Daniel Cross dans le présent et celle de son arrière-grand-père Nikolai Orelov à partir de la fin du XIXème siècle. La particularité de Cross, c'est qu'il accède aux souvenirs de son ancêtre par le biais de visions, une petite astuce qui permet de justifier certains actes. Il faut bien l'avouer, durant les premières pages, le personnage de Cross fait très cliché, trop. Certains passages font un peu souffler mais Karl Kerschl et Cameron Stewart, deux auteurs de DC Comics qui ont collaboré sur le projet, ont réussi à apporter un certain intérêt contrebalançant celui pour le personnage du présent avec l'histoire de l'assassin Nikolaï Orelov et la recherche d'un certain artefact.

Le premier chapitre, La Chute (The Fall en VO), apporte son lot d'action, avec une mise en scène soignée. Cross évolue, certaines réponses à nos questions arrivent et permettent de mettre en lumière le pourquoi de ses agissements. Son profil gagne en consistance, jusqu'à un point clé du scénario qui permet de lui offrir le début d'une toute autre facette, tout en gardant une certaine cohérence dans le récit. Quant à Orelov, on découvre un personnage fidèle à ses principes, prêt à tout pour arriver à ses fins. Dans la deuxième partie, La Chaîne, on assiste à la transformation de Cross et à la prise de conscience de qui il est vraiment, tandis qu'on observe un Orelov plus humain, un ancien Assassin sur ses gardes qui forme à la dure son fils après la traumatisme qu'il a connu. L'histoire est assez dense, avec beaucoup d'éléments futiles qui visent surtout à expliciter quelques éléments ou à donner un peu plus de matière, comme si les images ne suffisaient pas forcément.

Néanmoins, l'ensemble est intéressant à suivre, se reposant en prime sur le contexte politique de l'époque. On se laisse porter de la Russie aux Etats-Unis et on profite d'un dessin soigné qui donne des vignettes très vivantes. Les deux auteurs ayant collaboré aussi bien sur le dessin que sur le scénario, on ressent une certaine homogénéité. Les deux parties se complètent totalement, formant une histoire qui ferme un arc tout en laissant des possibilités. L'avantage, c'est que les néophytes pourront se plonger dans l'univers pour profiter surtout de l'histoire de Nikolaï Orelov mais ils seront probablement un peu plus perdus avec celle de Cross. Mieux vaut être initié pour tenir compte de tous les tenants et les aboutissants, surtout dans la période du présent. En revanche, même si certains passages sont très clichés, comme le début avec Cross ou le passage entre Orelov et son fils, il faut bien avouer qu'il est appréciable de voir une histoire loin d'être manichéenne. Il n'y a pas le bon assassin et le méchant templier mais bien deux entités qui entretiennent une guerre en usant des deux côtés de stratagèmes. A soi de déterminer qui peut être dans le bien ou dans le mal.

Autre très bon point, la partie bonus Dans les Coulisses donne un aperçu de ce qu'aurait pu être le projet si l'idée de base avait abouti avant de s'intéresser aux origines de l'histoire, que ce soit la collaboration entre le duo à l’œuvre et Corey May et Jean Guesdon de chez Ubisoft, l'Histoire qui se cache derrière l'histoire (comprendre les influences historiques réelles) ou encore certaines explications sur la recherche des personnages, le pourquoi Orelov porte la capuche ou non ou encore la précision sur les jeux de couleurs. En effet, tout au long du récit, l'encrage offre deux univers très différents. Le premier est chaud, avec des couleurs vives, des tons orangés rappelant l'automne et une belle lumière qui ressort. Le deuxième est froid, plus glacial, avec des couleurs plus maussades. Chacun a une visée, symbolisant l'innocence et la prise de conscience. Attention de ne pas vous perdre dans la temporalité, surtout qu'un gros arc de la vie d'Orelov est couvert mais vous pouvez toujours profiter de la qualité du dessin pour vous repérer et estimer la période traitée. En tout cas, il n'y a pas à dire, les visuels sont vraiment soignés, les personnages sont expressifs et les décors sont travaillés. Le dessin est parfois plus épuré pour mettre en avant la brutalité de l'action par exemple mais chaque vignette est bien étudiée, les poses sont soignées et les enchaînements sont dynamiques pour booster l'aspect action de certains passages.

  • Nom : Assassin's Creed : Sujet 4
  • ISBN : 978-2-38426-030-0
  • Nombre de pages : 216
  • Format : 175 x 268 mm
  • Prix : 19,90€ TTC
  • Scénario : Karl Kerschl et Cameron Stewart
  • Dessin : Karl Kerschl et Cameron Stewart
  • Encrage : Nadine Thomas, Tyson Hesse et Studio Lounak
  • Lettrage : Serge Lapointe et Cromatik LTD
  • Traduction : Sébastien Delahaye, Serge Lapointe et David Guélou
  • Edité par : Black River


L’avis perso de Vincent / Oni // Une Russie sanglante, manipulatrice mais humaine
Des adaptations de la licence Assassin's Creed en livres et en comics, il y en a eu, un paquet. Assassin's Creed : Sujet 4 sort du lot grâce à un traitement de qualité. Tout n'est pas parfait, à commencer par le début avec Daniel Cross qui croule sous les clichés ou certains écrits qui sont assez futiles, mais l'ensemble est cohérent, dynamique et se suit avec plaisir. Karl Kerschl et Cameron Stewart ont travaillé ensemble et cela se ressent dans le récit qui, malgré une certaine densité, reste cohérent, ce qui n'était pas gagné d'avance quand on voit le Cross du début et celui de la fin notamment. Les néophytes auront probablement plus de mal avec les passages du présent qui demandent de connaître un minimum l'univers mais le récit reste une belle porte d'entrée pour en apprendre plus sur Orelov, l'assassin que l'on retrouve dans Assassin's Creed Chronicles : Russia, l'expérience 2,5D qui étaient inscrite dans le tryptique avec China et India. En somme, c'est un bel ouvrage qui brille par la qualité des visuels, le dynamisme de l'enchaînement des vignettes et une histoire fournie qui, grâce à la complétion des deux parties, ouvre et ferme un arc tout en laissant moult possibilités d'explorer l'univers de la Russie, même lorsqu'on voyage aux États-Unis.

Partager :    


VOS REACTIONS
Posté le 18.03.24 @ 19:02

J'en ai lu aucun, mais là ça me donne envie de bouquiner.
Merci pour cet avis.
Posté le 19.03.24 @ 07:42

Le prix est trop elevé (juste mon avis personnel). Je pourrais le proposer à la médiathèque de ma ville 😉
Posté le 19.03.24 @ 09:44
Rédac chef


Pour 216 pages, je trouve le prix assez honnête. On a tout de même pas mal de BD d'une cinquantaine de pages qui sont vendues dans les 11 à 13€. Un DC Comics ou un Marvel dans les 240 pages, on est aux alentours des 24€, donc le prix est dans la norme à mes yeux ;)

Seuls les membres du site peuvent commenter les articles
Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous


Actuellement, les membres connectés sont :
Flux RSS | A propos | La rédaction, nous contacter
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur les consoles Xbox Series X|S, Xbox One, Xbox 360 et Xbox de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2024