Test - Dragon's Dogma 2 : Notre test complet après 70h de jeu ! | Xbox Gamer - Actualité Xbox

Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Test - Dragon's Dogma 2 : Notre test complet après 70h de jeu !

- Publiée le 18.04.2024, à 20:36
- Par Damien B.
Test - Dragon's Dogma 2 : Notre test complet après 70h de jeu !

Parmi toutes les licences de Capcom, difficile de sortir du lot. Pourtant, Dragon’s Dogma a su avec sa première itération créer un véritable engouement et générer toute une communauté de fans. Ce serait peu dire que cette suite était attendue, que ce soit pour les joueurs de la première heure, ou les potentiels intéressés qui seraient tombés sur l’une des mises en avant plutôt médiatisées du titre. Et si le titre s’est pris les pieds dans le tapis lors de sa sortie, mérite-t’il les foudres qu’ils s’est attirées depuis ?

Sans cœur et sans reproches

Vous êtes l’Insurgé. Élu ou maudit, cela dépend des points de vue : le cœur arraché puis dévoré par un dragon, le peuple vous voit comme l’élu de la créature mythique, mais d’autres plus ambitieux vous prennent pour un obstacle… Pourtant, loin de ces considérations et de connaître l’étendue de ce que vous représentez, votre récit commence dans un lieu bien sombre…

Entouré de compagnons d’infortune dans une geôle, au sein de cavernes humides, la mémoire vous fait défaut. Livré à vous-même, forcé de travailler, le chemin de la liberté s’ouvrira pourtant de façon aussi impromptue que brutale. Mais avant de vous lancer dans l’aventure et d’en savoir plus sur votre passé et votre destinée, il va falloir personnaliser votre apparence, ainsi que celle de votre pion.

Vous aurez le choix entre la race humaine ou la race léonine, archétypes humanoïdes mais avec un faciès de lion. A vous de voir si vous souhaitez utiliser un des visages prédéfinis ou si vous avez l’âme créatrice, afin de créer un personnage à votre image, à celle d’une personnalité ou quelque chose de tout à fait original. Les possibilités sont vastes et il est possible de créer avec précision un avatar très ressemblant. En témoignent les pions de certains joueurs qui se sont amusés à reproduire certaines personnes connues, pour le meilleur comme pour le pire…

On parle de pion, mais de quoi s’agit-t’il ? Si le concept est déjà connu des joueurs du premier opus, il faut quand même l’introduire pour les néophytes. Il s’agit d’un personnage contrôlé par une IA qui va vous suivre au cours de votre aventure. Dans la diégèse de Dragon’s Dogma, l’Insurgé est suivi par un pion principal, sorte de chevalier servant. Il est possible d’en recruter deux autres en complément, afin de créer une petite équipe de héros, aux classes et compétences différentes ou identiques selon votre stratégie. Pour cela il faudra trouver une pierre de faille dans laquelle vous pourrez louer les services de pions partagés par d’autres joueurs, ou par Capcom. Heureusement vous pourrez utiliser un des nombreux filtres pour trouver votre bonheur et constituer votre équipe !

Une fois votre personnage créé et la petite introduction passée, vous allez enfin goûter à la liberté. Encore bridée toutefois au départ par quelques passages scénaristiques obligatoires, histoire de vous tenir un peu la main pour vous initier aux bases du jeu. Sauter, attaquer, utiliser votre lampe dans les ténèbres, de potions pour vous soigner ou encore vous agripper aux monstres pour les éclater façon Monster Hunter ou Shadow of the Colossus par exemple, le gameplay est simple et efficace.

La classe en toute circonstance

Vous pourrez au départ choisir parmi l’une des quatre classes proposées, à savoir guerrier, archer, mage et voleur, avec cinq autres classes déblocables par la suite si vous dégotez les bons PNJ. Pour ne pas gâcher le plaisir de votre découverte, nous n’allons pas vous dévoiler comment y accéder, mais sachez que vous aurez l’occasion de les trouver en suivant le fil de l’intrigue principale.

En allant rendre une visite auprès du maître des classes, il vous sera possible de changer votre job et celui de votre pion. Vous conserverez évidemment la progression pour chacune des classes quand vous déciderez de passer à une autre ! Vous pourrez également y débloquer les autres classes, les compétences d’armes, les compétences principales et les talents contre des Points de Compétence (ou PC).

Ces derniers se gagnent au fil de vos aventures et sont indépendants pour votre personnage principal et votre pion, il faudra pour chacun acheter les compétences qui vous sembleront les plus pertinentes. Notez que la quantité de PC acquise au final vous permettra de débloquer toutes les compétences pour toutes les classes, vous pouvez dépenser sans compter !

De multiples compétences offensives sont déblocables, ainsi que des sorts actifs ou encore des buffs ou actions d’entraide, mais il faudra choisir avec soin lesquelles attribuer, car vous ne pourrez en assigner que 4 auprès du maître des classes. Si vous partez à l’aventure, vous ne pourrez pas les modifier à l’envi, il faudra revenir en ville pour adapter vos compétences selon vos besoins le cas échéant. Des compétences annexes et uniques pour chaque classe sont aussi disponibles, telles que la chute assistée avec le bouclier pour le guerrier pour réduire les dégâts de chute ou la roulade de récupération pour le voleur, permettront de petites actions complémentaires, toujours pratiques pour parer à toute éventualité.

Si les compétences d’attaque sont exclusives à chaque classe, comprenez par-là que vous ne pourrez pas utiliser la boule de feu du mage avec votre classe de guerrier, les talents passifs sont eux transmissibles. Plus concrètement, avec le guerrier vous pouvez débloquer un talent qui permet d’augmenter votre défense, que vous pourrez équiper à la classe de mage par exemple pour l’aider à encaisser plus de dégâts. Certaines compétences exclusives vous seront fournies par des PNJ bien précis, souvent au terme de quêtes. Ces attaques sont souvent dévastatrices, mais souvent longues à charger et/ou gourmandes en endurance. D’ailleurs, quelle que soit votre classe c’est l’endurance qui définira votre capacité à lancer des attaques, ou simplement courir. Attention donc à en garder toujours un minimum pour éviter des situations dangereuses car une fois à court d’endurance, vous serez essoufflé et vulnérable quelques instants ! Vous pourrez augmenter votre endurance grâce à certains talents passifs par exemple, et en récupérer avec des potions ou aliments.

Chaque classe dispose de neuf niveaux, à vous de choisir lesquelles vous préférerez au fil du jeu ! Sachez pour certaines classes, notamment mage, vous pourrez cumuler des effets avec des pions de la même classe, utile pour charger des sorts plus rapidement par exemple. Evidemment, l’idéal est de constituer une équipe équilibrée, entre attaques au corps-à-corps, à distance et une qui permet de récupérer de la vie. Mais si vous avez un passage un peu difficile avec un monstre en particulier, une équipe de gros bras peut faire le ménage de façon radicale, c’est osé, mais parfois diablement efficace !

Évidemment, il faudra aussi vous équiper en conséquence, vous trouverez des armes et armures chez les différents marchands, au terme d’une quête ou dans un coffre. Notez qu’au moment d’écrire ce lignes, le meilleur stuff se trouve dans les boutiques… Etonnant mais pas forcément choquant. Vous pourrez également améliorer vos armes et armures pour les rendre plus efficaces, et la nature des améliorations variera selon la région dans laquelle vous la ferez, regardez bien les stats qui seront influencées avant de vous lancer ! Enfin, vous pourrez aussi crafter différentes potions et autres baumes avec des effets variés, en combinant des objets récupérés dans votre inventaire. Attention aux aliments ou plantes qui pourront péricliter avec le temps ! Si vos poches sont trop pleines, pensez à utiliser le coffre disponible en ville !

Au cœur de l’action

Après la théorie : la pratique ! Action RPG oblige, ici vous n’aurez pas le temps de niaiser, chaque sortie est source de surprises, parfois des zones calmes se changent soudain en champ de bataille, avec des packs d’ennemis prêts à vous éclater sans vergogne. Et ils n’attendent pas leur tour, si vous vous laissez déborder, ils n’hésiteront pas à vous maraver tous ensemble, ce qui peut donner lieu à des moments assez frustrants.

C’est là que vous serez content d’avoir bien choisi vos pions et les compétences de votre pion principal… Ou d’avoir d’amers regrets selon les situations. Tiens, quelques expériences vécues dans la douleur : lors d’une mission d’escorte, sur un flanc montagneux, le PNJ qu’on escortait a commencé à passer devant, et sont apparues trois harpies planquées derrière un relief en contrebas… L’une d’entre elles a attrapé le PNJ, s’est envolée et l’a balancé dans le précipice, mission échouée !

Ou encore, de nuit, une horde de loups a pris par surprise le groupe, emmenant tout le monde dans des coins séparés en nous trainant par terre… Rien de bien méchant, sauf que le mien m’a amené à côté de deux trolls géants qui se sont amusés à faire du foot avec ma tête. Si, bien souvent, les pions sont relativement réactifs et agissent par eux-mêmes, il est possible de leur donner des ordres précis avec des commandes simples, assignées sur les flèches directionnelles : vous suivre, vous aider, attaquer ou s’arrêter. Alors oui, par moments il y a des loupés, mais majoritairement ici, l’expérience est correcte. Et comme il s’agit d’IA qui vous suivent, le chemin qu’ils empruntent restera proche du vôtre, et n’iront pas se balancer dans le vide à la première occasion. En ce qui concerne les PNJ qui vous accompagnent dans des quêtes, c’est pas la même tisane. Certains vont courir devant vous et se faire agresser par la faune locale, d’autres se bloquent sur des obstacles et parfois dans le feu de l’action, ont pris trop de distance et sont revenus à leur point d’origine… On parle ici de deux ou trois missions pour lesquelles ce fût le cas, mais ça fait tâche quand même. Par chance, aucun n’ose s’aventurer dans l’eau, qui est fatale au contact à cause du vilain kraken qui habite toute étendue liquide qui dépasse la hauteur de botte.

En terme de bestiaire, il est classique mais assez varié. Humains, gobelins, harpies ou autres loups côtoient d’autres bestioles mythiques et plus imposantes comme des ogres, griffons ou dragons. A vous de trouver quel est le moyen le plus efficace d’en venir à bout, chacun disposant de points faibles plus ou moins accessibles. Et si certains monstres apparaissent à des endroits définis, d’autres arrivent par surprise, surtout les grosses bestioles.

Heureusement, pour vous reposer entre deux bastons, vous pourrez trouver des feux de camp disséminés un peu partout sur la carte. Si vous avez dans votre inventaire un nécessaire de campement, vous pourrez monter un petit campement et profiter de quelques activités. Si vous avez de la viande, vous pourrez la faire cuire et profiter ensuite de bonus de vie, force et endurance, vous pourrez aussi papoter avec les pions ou dans un cadre moins sympa, vous défendre en cas d’attaque de monstre !

Un autre avantage de passer la nuit, c’est justement d’échapper aux dangers nocturnes. Certains ennemis n’apparaissant que la nuit, il faudra parfois se faire souffrance et se promener sous la pâle lueur de la lune. Voire même très pâle : les ténèbres sont écrasantes, et votre petite lumière éclairera à peine votre chemin… Cela peut rendre des combats à priori simples bien plus complexes, et l’exploration plus lente et difficile, surtout sur les endroits les plus en hauteur ou sur des chemins délicats ! D’ailleurs l’exploration est un aspect les plus intéressants du jeu, alors : transition !

78km² à pieds, ça use, ça use…

Dragon’s Dogma 2 invite clairement à l’exploration, avec sa carte assez vaste aux reliefs bien travaillés, dans des biomes divers mais somme toute assez classiques : forêts, montagnes, désert vous attendent, avec leur lot d’endroits à découvrir. Ici, les indications sont assez minimales, vous n’aurez pas un gros chemin lumineux qui vous dira où vous rendre. Les fans de découverte seront ravis, mais pour ceux qui préfèrent être tenus par la main, sachez qu’il est possible de recruter des pions qui ont une connaissance du terrain et vous aideront à naviguer, si toutefois ils ont déjà fait la quête correspondante dans la partie de leur insurgé. Par exemple, si un de vos amis a bien avancé dans le jeu et que vous avez emprunté son pion, il est possible qu’il connaisse le chemin vers une mission et pourra vous y mener. Idem pour les coffres ou endroits un peu planqués, les pions peuvent vous proposer de vous y rendre. Encore une fois, ceci est optionnel, il faut juste voir si le suivi de mission est actif sur le pion que vous voulez sélectionner dans la faille.

La map est assez grande comme vous l’aurez compris, et pour vous déplacer rapidement d’un point à l’autre, vous aurez accès à des portacristaux. Certains sont fixes mais très peu nombreux, mais vous trouverez des portacristaux portables, à poser ou enlever où et quand vous voulez. Pour vous téléporter près de ces cristaux, il faudra des Transpierres, au départ rares et couteuses. Il faudra donc privilégier le voyage en char à bœufs pendant un temps, peu chers mais parfois dangereux à cause des attaques de chariots qui peuvent arriver aléatoirement. Cela permet déjà de vous rendre d’une ville à l’autre sans vous taper tout le chemin à pieds.

Vous trouverez toujours de quoi faire lors de vos pérégrinations, parfois même aux endroits précédemment visités, car on peut facilement louper l’entrée d’une grotte par exemple, ou il faudra parfois grimper pour trouver des coffres, ou autres collectibles utiles. Le plus important étant les scarabées dorés, permettant d’augmenter la charge maximale portée dans votre inventaire, et les insignes de quête, au nombre de 220 et planqués un peu partout, à échanger contre des objets uniques auprès du maître des classes dans les villes.

Et bien sûr, au-delà de flâner, il vous faudra accomplir votre destin au gré de l’histoire principale et réussir d’autres quêtes annexes également. Attention pour ces dernières, car elles sont régies par le temps : selon le temps que vous mettrez à les accomplir, elles pourront avoir un dénouement parfois funeste.

Missions d’escorte, d’élimination ou encore de livraison : vos n’y couperez pas, certaines sont ultra classiques. D’autres plus originales sont également de la partie, permettant de découvrir le lore de cet univers plus en détails, mais aussi de découvrir certains endroits un peu planqués ou que l’on n’aurait pas forcément pensé à visiter en prenant un chemin un peu tordu.

Dans notre cas, nous avons terminé le jeu en un peu moins de 70 heures, avec la fin la plus « complexe » et aussi de bons moments d’exploration. Le New Game + permettra de rallonger l’expérience en faisant des quêtes ratées ou oubliées, ou encore tenter de tout voir ou tout récupérer… Ou découvrir les différentes fins proposées par le titre !

Si nous n’avons pas rencontré de souci technique majeur, il faut avouer que le framerate est un peu aléatoire, malgré le patch et le taux de rafraichissement variable. En effet, si le mode performance est plus fluide et agréable, il sacrifie par mal en termes de qualité, et le titre mérite d’être découvert avec sa technique au maximal. Difficile de faire un choix, on aurait apprécié une fluidité et une qualité optimales.




Point complet
Au final, Dragon’s Dogma 2 est une belle expérience, où l’exploration réserve toujours des surprises, et même si le fond de l’intrigue n’est pas extraordinaire, on prend plaisir à découvrir le destin de l’Insurgé au fil de la progression. Une suite très intéressante, riche, foisonnante, loin du simple aspect remake comme se plaisent à penser certains.

On a adoré :
Graphiquement sympa
Les possibilités de personnalisation
La durée de vie
La difficulté bien dosée
Les différentes fins
L’exploration grisante
On n'a pas aimé :
Le framerate pas terrible
Certaines missions pas terribles
Les passages de nuit pas très lisibles
Le bashing des monstres parfois frustrant



Partager :    


VOS REACTIONS
Posté le 19.04.24 @ 01:40
Testeur


Super test, très long et complet, j'ai tout lu.
Et ça donne envie de faire le jeu en tout cas!
Posté le 19.04.24 @ 02:04

Excellent test, mais moi pour ma part, il aurait dû s'appeler autrement que dragon Dogma 2, car enfaite c'est le 1er sauf en version améliorer, l'histoire est celle du 1er, cela porte a confusion, et c'est dommage, je trouve.
Posté le 19.04.24 @ 18:24

Dans les aspects négatifs, trop de monstre élite tue le monstre élite mais j'ai adoré le jeu.
Posté le 21.04.24 @ 16:17

J'ai gagné le jeu sur pc, je pensais qu'il passerait sur Steam deck. Malheureusement l'optimisation est aux fraises. Je vais attendre de le faire avec des patch ou via ge force now. Mais il me donne vraiment envie
Posté le 22.04.24 @ 09:56

Malgré les défauts cités osef je le veux, le 1 était vraiment un bon jeu et vraiment il me fait envie !
Merci pour les retours et le test

Seuls les membres du site peuvent commenter les articles
Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous


Voir notre critique

Editeur
Capcom
Genre
Aventure
Statut
Disponible
Date de sortie
  22.03.2024
Acheter ce jeu sur
Eneba.com

EVALUER LE JEU
Dragon's Dogma 2, est évalué par la communauté à :

18/20
Par 1 membre

Seuls les membres du site peuvent évaluer un jeu
Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous

DERNIERES NEWS

Actuellement, les membres connectés sont :
Flux RSS | A propos | La rédaction, nous contacter
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur les consoles Xbox Series X|S, Xbox One, Xbox 360 et Xbox de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2024