Se connecter  -  S'inscrire 
 
discord2 twitter2 instagram youtube2
 



Editeur
THQ Nordic
Développeur
Question
Statut
Disponible
Date de sortie
  26.03.2024
Nombre de joueurs
1
Acheter ce jeu sur
Eneba.com

Test - South Park : Snow Day - Xbox Gamer - Toute l'actualité Xbox Series X|S et Xbox One

La célèbre série créée par Matt Stone et Trey Parker a toujours su se faire remarquer, par sa technique simpliste, ses dialogues fleuris, ou les thèmes abordés sans filtre, quitte à taper dans l’actualité même la plus morbide. Que l’on aime ou pas South Park, la série continue après 26 saisons, et a parsemé au fil des années et des consoles pas mal de jeux, pour le meilleur comme pour le pire. C’est au tour de South Park Snow Day de passer aujourd’hui sur le grill, un titre qui souffle notamment le froid, mais pas que.

Winter is coming everywhere

Une belle séquence d’introduction animée comme un épisode de la série plante le décor : un blizzard fait rage sur la ville de South Park, et Eric Cartman souhaite de tout son cœur que ce phénomène perdure pour éviter d’aller à l’école. Vœu exaucé : la tempête de neige a tenu et continue de sévir sur la petite ville, pas d’école ! Mais dans la panique générale, les habitants de la ville ont dévalisé les magasins, notamment un des éléments les plus vitaux pour tout être humain : le papier toilette.

Pour les enfants, c’est l’occasion de revêtir leurs costumes que vous avez certainement vus dans la série ou dans le jeu Le Bâton de la Vérité. D’ailleurs, il s’agit ici d’une suite de ce dernier et de l’Annale du Destin. Vous y jouez le rôle du Nouveau, encore, qui doit affronter le froid et trouver ce qui se cache derrière ce blizzard qui n’en finit pas… Gros point positif : le doublage français avec le vrai cast d’acteurs, ça fait plaisir ! Evidemment pour les fans de la VO, vous pourrez mettre les vois en anglais.

Après avoir créé et personnalisé votre avatar, vous arrivez dans le hub principal, dans lequel vous pourrez interagir avec certains personnages qui ont diverses utilités : Tolkien (anciennement Token pour ceux qui ont suivi la série) s’occupe des armes et « pouvoirs magiques », Tweek et Craig proposent des nouveaux vêtements et emotes, Monsieur Hankey proposera d’améliorer votre arbre de compétences, Butters permettra de consulter les cartes en votre possession et Cartman sera là pour le choix des missions. Évidemment, on reviendra sur chaque point en temps voulu.

Le jeu saura vous lancer rapidement dans l’action, avec la première mission. Vous arpenterez les rues et autres endroits connus de South Park mais sous une tonne de neige, afin de trouver ce qui cause cette tempête. Il faudra pour cela parcourir divers tableaux, dans chacun des 5 niveaux du jeu. Oui, 5 niveaux, que vous pourrez boucler dans l’un des trois modes de difficulté. Petit point positif, selon la difficulté, certaines étapes changent, ce qui donne lieu à une sorte de variété mais soyons honnêtes : niveaux c’est vraiment trop peu.

Distribution de pains

Vous combattrez toutes sortes d’autres gamins ou adultes, chacun se battant pour une faction, avec évidemment des références à la série, faisant elle-même référence au Seigneur des Anneaux ou Game of Thrones par exemple. Pour cela, les combats se déroulent comme dans un action-RPG, dans lequel vous pourrez taper, esquiver, bloquer ou utiliser une des deux compétences que vous aurez équipée dans le hub.

C’est auprès de Tolkien que vous devrez choisir vos armes et attaques spéciales, pour le corps-à-corps vous aurez le choix entre des lames doubles, le combo épée/bouclier ou encore une hache à deux mains. Pour les attaques à distance vous pourrez choisir entre l’arc, le bâton de sorcier ou la baguette magique. Vous les débloquerez au fil de votre progression, à vous de choisir quel combo vous plait le plus.

Au niveau des pouvoirs, vous pourrez donc en équiper deux, à choisir parmi les huit disponibles. De nature offensive, offensive ou de récupération, vous pourrez utiliser en vrac des tourelles, un totem de soins ou encore de la pisse de chat pour droguer vos ennemis et les faire combattre pour vous, rien que ça !

Ces quelques choix possibles permettent d’injecter un peu de variété dans le gameplay côté action, et varier les plaisirs au fil des tableaux qui sont souvent des lieux à nettoyer avant de passer au prochain, jusqu’au boss. Certains niveaux proposent des petits moments alternatifs, un peu plus sympas mais qui restent majoritairement entourés de niveaux de baston. Que vous jouiez seul ou entre amis, vous serez toujours 4 en combat. Soit accompagné de 3 potes en ligne, soit de 3 IA, ou 1 pote et 2 IA, le jeu s’adapte. Les IA sont un peu débiles et se coincent parfois sur des obstacles, ou ne sont pas super efficaces en combat face à une horde d’ennemis. On a vu pire, mais on a vu bien mieux aussi !

En termes de qualité de gameplay, c’est simple et efficace, on regrette juste le manque de punch des combats, qui semblent mous à cause du manque de bruitage et de sensation de force quand vous mettez des coups. Cela dit, d’un point de vue technique, le jeu ne bronche pas malgré les ennemis ou les boss affichés, d’ailleurs de façon générale l’univers est bien représenté. Idem pour la musique, épique et étonnamment bonne.

Cartes à la con, matière noire et papier cul

Au gré de vos victoires, ou en fouillant un peu dans les niveaux, vous glanerez trois éléments : des points platine, à échanger contre des cosmétiques, du papier toilette et de la matière noire. Cette dernière peut être utilisée dans un arbre de compétences auprès de Monsieur Hankey, ou dans le menu général si vous avez la flemme. Il permet d’augmenter vos caractéristiques de base (force, défense, points de vie…) mais aussi de débloquer des capacités particulières, utiles en solo et/ou en coop. Par exemple, recharger plus rapidement la rage, qui permet d’utiliser vos pouvoirs, de gagner plus de papier cul ou encore de regagner de la vie si vos camarades se régénèrent. Cela vous permettra de vous faciliter la vie, surtout dans les modes de difficulté les plus élevés. Il faudra farmer la matière noire de façon intensive, surtout que la quantité nécessaire pour activer les différents points augmente à chaque fois.

L’argent, c’est le nerf de la guerre, mais là un peu comme pendant le COVID, le papier cul est devenu une denrée rare... Au point d’avoir ici carrément remplacé l’argent. Il peut être utilisé à bon escient pour optimiser les cartes qui vous sont proposées aléatoirement en début de partie et qui vous donneront des bonus ou changeront carrément la nature de vos attaques.

Avant de commencer chaque niveau, chaque joueur humain devra choisir parmi trois cartes, aux effets et à la rareté variables, puis parmi trois cartes à la con, sorte de super pouvoir un peu pété utilisable un nombre de fois limités. Invoquer une armée de serviteurs pour déblayer les ennemis pendant une durée limitée, faire tomber une pluie de météorites ou vous rendre invisible un certain temps : à vous de choisir et de collectionner les cartes. Alors oui, cela permet d’avoir une variété à chaque partie, surtout que le choix des cartes varie selon les armes et les pouvoirs choisis avant le combat. Attention car le camp ennemi choisira aussi des cartes !

Entre chaque niveau, vous pourrez aussi rencontrer Jimmy qui vous permettra de choisir une nouvelle carte. Il est aussi possible de changer les cartes proposées contre du papier cul, ou d’améliorer leur rareté et la puissance de leurs effets, toujours contre des rouleaux bien moelleux. Et ça coute cher…

Pendant vos parties, vous rencontrerez aussi Henrietta, la petite gothique qui vous permettra de choisir entre trois cartes spéciales, permettant par exemple de vous donner directement 20 unités de matière noire, 100 unités de PQ, de sacrifier une carte contre de la matière noire, ou encore d’augmenter la rareté d’une ou plusieurs cartes. A vous de choisir de façon utile ou intéressée !

Enfin dernière rencontre possible une fois avoir passé le dernier boss, vous pourrez passer un pacte pour gagner des objets uniques et/ou du papier toilette. En échange, les personnages adverses auront un certain avantage qu’il faudra surmonter… South Park Snow Day est nettement plus fun à plusieurs, le solo permet de découvrir les niveaux, mais l’IA n’est clairement pas assez efficace, surtout en mode difficile. Et surtout en coop, chaque joueur choisira ses cartes et cela donnera un rapport de force bien plus équilibré. Sans compter les moments de fun et le temps passé à se péter dessus qui fera rire les gamins de 40 ans comme votre serviteur… On s’amuse comme on peut !

Pour terminer le jeu il faudra une poignée d’heures, entre 5 et 7 selon le niveau de difficulté choisi et si vous prenez le temps de visiter aussi ou non… Bref la durée de vie est famélique, le jeu comptant sur son aspect rejouabilité et son côté coop pour faire grimper le compteur, mais cette façade ne justifie pas le peu de niveaux et le côté redondant du jeu malgré les différentes armes, pouvoirs et cartes. On revient au jeu plutôt pour s’amuser entre amis que pour tenter de tout débloquer au final.



Point complet
South Park Snow Day n’est pas un mauvais jeu dans le fond, car il propose une expérience assez agréable, surtout entre amis, mais sa durée de vie, son peu d’intérêt après le dernier boss, et son côté action redondante n’en font pas un bon jeu. Pire, la conclusion n’a de sens que si vous avez vu un certain épisode de la série, et même en tant que fan, ce n’est pas super intéressant à ce niveau-là. Vite joué, vite oublié.

On a adoré :
Le concept de cartes
Les musiques
Le doublage VF
Fun en coop
On n'a pas aimé :
Court
Mou
Pas passionnant en solo
Il faut avoir vu un minimum la série pour comprendre la fin de l’histoire


Consulter les commentaires Article publié le 30/04/2024 par Damien B.


Actuellement, les membres connectés sont : koin-koin,
Flux RSS | A propos | La rédaction, nous contacter
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur les consoles Xbox Series X|S, Xbox One, Xbox 360 et Xbox de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2024